C’est l’histoire d’un bonsaï…

Yves Tissot - 17/02/2018 - Contemplations d'une plume - 3 Comments - développement personnel / métaphore / valeur

Un nouvel article de la plume inspirée, aujourd’hui elle vous conte l’histoire d’un bonsaï.

Histoire boisée

C’est l’histoire de ce petit arbre qui cherchait toujours à être plus grand que ce qu’il pouvait atteindre. Malgré les tailles, il respirait et poussait à sa manière. Il continuait sa croissance et s’obstinait à se comparer aux grands hêtres sans voir sa propre forme de grandeur.

Un beau jour, et par le plus heureux des « hasards », cet arbuste rencontra un nénuphar. Ce dernier partagea à son cousin végétal son désir de se sentir fort et robuste, d’avoir une écorce, d’avoir des feuilles, des branches, et de pouvoir contempler le monde de plus haut…
Comment peut-on vouloir être un bonsaï quand la nature est si harmonieuse et zen pour un nénuphar ?

Le nénuphar se plaignait de n’être qu’un nénuphar. Alors que le bonsaï, pour ce nénuphar, inspirait la grandeur des arbres et leur puissance.

Qui pourrait  autre que lui de par sa nature inspirer cette nature ? Voilà un élément de surprise pour notre bonsaï qui n’observant les choses que de son point de vue, s’était créé une image de lui plus petite.

Quelle étrange façon que d’incarner la grandeur…en étant si petit ! Un paradoxe qui a pour autant tout à fait raison d’être. Depuis ce jour le bonsaï savoure sa grandeur, et continue de grandir dans la contemplation de l’univers !

Moralité : Souviens-toi et regarde comme ce bonsaï, ce qui fait ta grandeur malgré toute la petitesse que tu as l’impression d’incarner dans cet univers.
Le bonsaï parfois veut se comparer à un hêtre… Et si un hêtre pouvait aussi être cet « être bonsaï » ? Et si cet hêtre tout aussi grand se sentait lui aussi bonsaï ? Accepte-toi tel que tu es.

Ce qui fait partie du bonsaï : sa forme, son apparence, son écorce, sa fragilité et aussi ses souffrances… II est ainsi « taillé » pour être lui. Son histoire l’amène ici ou là apportant émotions et énergies.

Le développement personnel par le bonsaï

Et si ce petit arbre était comme toi et moi ? Quelle partie de ta vie cette histoire pourrait éclairer ?
Quelles seraient les obstacles qui t’empêchent de continuer à vivre et à évoluer pour ta propre grandeur ?

Alors, c’est quoi ta forme de grandeur ? Quelle est ta quête de grandeur ?

Comme le raconte son histoire, notre petit arbre a vécu son lot de souffrances. Celles-ci font partie de son cycle de vie et ce même si toi et moi aimerions ne pas le voir les subir. Voilà quelques interrogations liées à ce chapitre :

  • Quelles sont aujourd’hui tes racines ? Qu’ont-elles apporté à ton histoire ?
  • Que représente l’écorce pour toi ? De quoi est-elle faite ?
  • Si tu devais imaginer, dessiner, créer, choisir un bonsaï à l’effigie de ton essence à quoi pourrait-il ressembler ? Que dégagerait-il ?
  • De quoi se nourrit ce bonsaï ?

Une facette de l’histoire de ce bonsaï est chargée de son identité. Il vit au cour de sa croissance des tailles et des entailles pour arborer sa forme.

Et si ces souffrances pouvaient se transformer en autre chose de bien plus grand pour ce bonsaï ?

  • Quelles sont les entailles qui t’ont été infligées qui pourraient te permettre aujourd’hui d’aimer ce que tu es ?
  • Qu’est-ce que ces entailles t’ont apportées comme beauté d’être aujourd’hui ?
  • Quelles sont les apprentissages que ces entailles t’ont amenés pour sublimer ta grandeur ?
  • Quel parallèle peux-tu faire entre la méthode de pousse du bonsaï et ta vie ?
  • Comment te sens tu au travers de ces questions ?

Heureusement, tu n’es pas ce bonsaï, tu as le choix et le libre arbitre de ta vie pour agir selon ce que tu expérimentes. Qu’est-ce ou qui taille ta vie ? Comment te sentirais-tu si tu mettais fin à ces taillades ? Quelle est la nature de ces taillades ? Et si elles cessaient comment te sentirais-tu ?

La plume dépeint ici un aspect qui peut être sombre. Nous n’avons pas besoin de souffrir pour être et ne sommes pas venus au monde pour apprendre à souffrir. Cependant, la souffrance existe bel et bien… Et si de cette souffrance pouvait naître la plus belle transformation et son accomplissement ? Et si la transformation s’opérait et arrêtait ce que tu pourrais t’infliger ? La philosophie défendue est que tout évènement aussi nocif et dur qu’il soit peut faire grandir. Alors comment continuer cette croissance et ainsi favoriser ce qu’on croit sens ?

 

La valeur de la grande heure du bonsaï

Alors que l’arbuste prend racine, il découvre sa valeur, évoluant avec sa nature. L’accompagnement par le développement personnel peut te permettre de travailler et d’identifier, comme pour ce bonsaï, tes propres valeurs internes. Ces valeurs issues de l’être, permettent de mieux comprendre tes comportements et états internes (émotions et ressentis) liés à ton environnement.

Alors si de ces valeurs naît la grande heure de son être :

  • Que va naître de son être ?
  • Qu’est ce qui est important pour toi dans l’environnement dans lequel tu pousses ?
  • Quels sont les mots qui te sont importants qui te viennent en pensant à […] (la famille, les amis, le  plaisir, le couple, le travail…) ?
  • Que forme ce feuillage de mots et quel est le tronc commun apparaissant ?

A toi de choisir le chemin pour arriver à ta grande heure, ton épanouissement dans ta compréhension de ton monde et de tes êtres environnants. Alors maintenant quoi faire ? Ce que tu es ! Quelle graine planter alors pour ce monde ?

Chacun son moment, chacun sa grande heure ! Alors acceptes et autorises-toi le bonheur de la bonne heure présente ! Transforme ce bon heurt que tu vis en bonheur !

Chère étincelle, si cet article te touche, je te propose selon ton besoin d’un accompagnement à ta mesure. De quoi bûcher et démêler les nœuds et branches de ta grandeur ainsi que de ta grande heure…sur une note peut être boisée ?

Et enfin, rappelle-toi :

« Même la plus petite personne peut changer le cours de l’avenir !» Dame Galadriel – Le seigneur des anneaux

Retrouvez les engagements et principes qui régissent la plume inspirée

Un article informatif : Le bonsaï origine et technique

Photo originale de Arnaud Berthomier

Commentaire des étincelles


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Fanny

11 mois ago

Tu as trouvé ton style !! Bravo
J’aime beaucoup et j’ai hâte de découvrir tes autres textes

Frédéric

11 mois ago

Mon principe pour grandir : le shoshin, l’esprit du débutant

Me devise : chuter 7 fois, pour se relever 8 fois

Yannick

11 mois ago

J’adore ta plume, tout à ton honneur. Continue ainsi!

Contacte-moi