Le masque que nous portons…

Le masque que nous portons…

Que le bal commence ! Place aux artifices, place aux aspects connus et inconnus dans ta quête de l’authentique. Viens danser au fur et à mesure de cette lecture en voyant les mots s’agiter. Aujourd’hui, place aux costumes, bas les masques ! C’est ce dernier que la plume va présenter aujourd’hui, alors le masque que nous portons…

…existe(nt)-t-ils chez toi ? Et à quoi ressemble(nt)-t-il(s) ?

 

De l’usage des masques

Chercher l’origine des masques remonte à loin dans le temps (-7000 avant Jésus Christ) dans des traditions passionantes et riches . Au travers des coutumes, le masque fait “figure” et incarne des rôles changeants.

Construit par des traits et des formes, alors, naît face. Et alors que naît face, est-ce néfaste ?

Tu peux trouver des masques de rituels, mortuaires ou simplement de divertissements. Autres associations des masques : à gaz, à usages chirurgicaux, des supers héros, de la torture ou même des bandits…ou bien c’est parfois juste un masque métaphorique.

L’idée originelle du masque repose ainsi sur un lien profond chargé d’intentions, créant l’usage associé.

Ici, c’est la partie invisible et métaphorique qui sera mise en lumière. Tu sais, ce fameux masque invisible qui est peut-être là, et non celui de Venise non, celui porté lorsque cela semble être de mise.

C’est là qu’intervient le jeu du masque ou devrais-je dire, le “je” du masque.

Et l’intention du masque pour du “jeu met face” ou pour du “je m’efface” ? Qui est en face de soi à cet instant ? Qui est derrière ce masque ?

 

Jeu met face

L’intention du masque est-elle consciemment connue ou inconsciemment inconnue ? Que penser de l’aspect authentique pour chacun ?

Imagine le rôle du masque comme moyen de détourner l’attention et d’incarner une figure. C’est alors un outil pour montrer une personnalité et l’exacerber. Alors des traits, des artifices, des “je” de formes, de couleurs peuvent teinter les interactions sociales. Comme au théâtre ! La frontière entre l’acteur et la personne masquée devient un sujet de discussions selon l’intention initiale.

C’est aussi une façon de visionner le monde à travers ce masque. Qu’est-ce que le monde me renvoie lorsque je décide d’arborer le masque ? Quelles sont les éléments que je diffuse ou que je divulgue par ce masque ? Sont-ils une facette de ma personnalité ou une part de moi que j’ai décidé d’afficher ?

Dans le film de The Mask, le héros met un masque magique dont l’usage transforme et renforce le porteur. Il en sort un héros métamorphosé dont la personnalité devient amplifiée et sans limites. Et quand il retire l’artéfact magique ? Le héros met paradoxalement un masque abstrait qui dissimule sa nature.

Alors le masque met face. Que ou qui cherches-tu à montrer ou être selon le contexte ? Il n’est pas question ici de l’aspect bien ou mal, juste la notion du pouvoir du masque. En revanche suis-je authentique si je porte un masque ? Encore faut-il avoir conscience de l’arborer.

 

…et je m’efface

Le jeu inverse démarre, porter un masque pour effacer et dissimuler une part de soi. Je deviens un autre que j’incarne en omettant une partie de ce que je suis. Où est mon authenticité alors ? Si je n’accepte pas une part de moi au point de la masquer, suis-je authentique ? Et dans ce cas-là, quelle est l’intention du masque alors ?

Protéger : je protège cette vulnérabilité afin de ne pas l’exposer, j’efface cette part de moi et je mets un masque pour ne pas la dévoiler au monde. Alors, je deviens quelqu’un d’autre ou une autre part de moi. Le “je” s’efface.

Esquiver les jugements : le masque permet cela, dissimulant sous d’autres apparats ce que je peux avoir au fond de moi. La personne se bat pour éviter le “bas les masques”. Sinon c’est perdre la face devant les jugements ou l’exposition d’une part de soi avec laquelle tu n’es pas nécessairement à l’aise.

Il n’est pas question de dire ici encore une fois si le comportement est bien ou mal. C’est un fonctionnement et cela permet d’illustrer une réflexion sur l’usage des masques conscients et inconscients dans la quête d’être soi. Accepter le masque, le refuser, ou l’intégrer. Suis-je le même dans tous les contextes ? Exemple, un père ou mère de famille, l’entité d’une entreprise, l’être amical, l’amant(e) ? Sont-elles une même personne ou des distinctions masquées d’une même personne ? Par extension, appliqué à un manipulateur dont le jeu n’est clair, quoi penser quand en un éclair il est démasqué ?

 

 

Masque (in)conscient ?

Ces deux rôles dans ce possible grand jeu du quotidien peuvent être à la fois conscients et inconscients. Mon travail m’amène à accompagner dans la quête des sens et de la clairvoyance de sa propre nature. Cette introspection m’est également attachée. Je me suis rendu compte par exemple, du port de deux masques. Comment ça s’est passé ?

Le masque inconscient : il masquait une part de moi que j’avais même oublié et que je ne voyais même plus. C’est quand même un comble…et pourtant je ne suis en rien différent de toi chère étincelle. Penser être authentique et ne plus voir ce masque me rend il moins authentique ? Seul mon hôte antique / inconscient / âme sait. La notion d’oubli du port du masque devient réelle.

Le masque conscient : J’ai compris qu’à un certain moment je masquais une part de moi abîmée par mon histoire. Le masque venait alors en protection de l’autre mais surtout de moi-même dans la relation que nous avons. La dissimulation était consciente afin de ne pas parasiter l’autre. Encore une fois est-ce bien ou mal ? C’est un comportement que j’ai identifié. Le risque ? L’intuition de l’autre, qui saura voir à travers le masque et qui peut être sera déçu d’avoir vu un masque, aussi “noble” soit-il dans son intention. Soumis à des croyances limitantes ? Possible ! Et l’introspection amène à les voir sous un nouvel angle. Ainsi, même question, quoi penser du jeu d’authenticité par l’usage d’un masque devenu conscient ? Qu’apporte ce maque de bon ? De mauvais ? Que t’empêche ce masque de faire ? Comment ça serait sans ce masque ? Comment te sentirais tu sans lui ?

Tu vois, ici, as-tu en ta possession un masque ? Ou es tu possédé par le masque ? En arbores tu ? Est-il distingué de toi? Est-il un outil ? L’existence de ce(s) masque(s) est-elle connue ?

 

Derniers mots

Cet article intervient dans une contemplation et réflexion qui pourra peut-être te permettre de voir le monde et ton entourage avec un nouveau regard. J’accompagne dans la quête de l’identité et ce travail sur les masques que nous portons fait également partie, dans mon cheminement, des possibilités métaphoriques et créatives de mes accompagnements.

Si tu veux en savoir plus sur les masques en voici un site complet sur l’histoire des masques (en anglais cependant).

Images couverture par Magda Ehlers

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prendre rendez-vous

Contactons-nous une première fois

Fermer le panneau