Les pièges de la spiritualité

Yves Tissot - 08/07/2018 - Contemplations d'une plume - 0 Commentaire - inspiration / intérieur / spiritualité

Aujourd’hui, un parchemin orienté sur la thématique de la spiritualité. Cela faisait un petit moment que je n’avais pas écrit mais ici, j’en avais envie ! En avant chère plume !

La vision que j’ai ici m’appartient comme indiqué dans mes engagements écrits initiaux. Je suis là tout comme toi sur un chemin d’évolution, et je bouge mes croyances au fil de l’eau. Embarquement immédiat !

 

Être spirituel, c’est quoi ?

Si je devais donner une définition à la spiritualité, ça serait un cheminement personnel qui se focalise sur l’aspect esprit (et pas pensées, esprit ici), sur l’expérience intérieure. Cela ne veut pas dire que tu es seul sur le chemin, absolument pas, mais c’est toi qui vis ta propre vérité avec sa perception du monde.

Pour moi, religion n’est pas égal à spiritualité non plus, même si ces deux thèmes peuvent être intimement liés. Il y a plutôt la notion de croyances personnelles.

La spiritualité, c’est une quête de l’être qui est vécue au quotidien ! Chaque souffle et pas devient alors, l’essence même de ton être. C’est donc quelque chose qui se vit, tout aussi abstrait

C’est une quête. Et c’est lorsque l’on naît, que débute et continue tout au long de la vie la quête de qui l’on est véritablement.

Au fur et à mesure de mon propre questionnement, je me rends compte qu’il n’y a pas qu’un visage ni qu’un sens et c’est pour cela que j’estime que la définition devient personnelle.

Il y a cependant quelques observations faites et pièges dans lesquels j’ai pu moi-même tomber concernant la spiritualité.

 

La notion d’identité spirituelle

Comment l‘identité spirituelle peut-elle se façonner ?

Cela peut se passer  par des rejets de dogmes, d’une religion, pourquoi pas, si les idées ne sont pas en accord avec sa vision du monde. Mais ce n’est en rien une étape obligatoire.
Si ces nouveaux dogmes te vont bien, pourquoi pas. Alors attention dans le jugement des autres, simplement parce qu’ils arborent des couleurs d’opinions différentes. La tolérance, c’est aussi face à l’intolérance qu’elle s’applique (selon un certain de degré de ce qui est tolérable ou non j’entends bien, certaines choses sont inacceptables).

Je cherche pour ma part une indépendance sans m’enfermer dans des dogmes précis, ou alors si cela arrive, je suis prêt à les remettre en question ou les accepter tant que ceux-ci me conviennent.

L’autre a sa différence et celle-ci nous permet d’évoluer. Est-ce important de savoir qui véritablement a raison ? Ou est-ce plus intéressant de me dire, tiens, que pourrais-je apprendre de sa vision du monde, et où j’en suis moi sur ces sujets ? L’autre devient un miroir, mais aussi un témoin de sa propre évolution. Et là, pareil, nouveau danger, dire « je suis plus évolué qu’un autre »…prétention…mais on en reparle après.

 

Cessez le feu pour œuvrer sur un fond uni

Je parlais ici des aspects religieux, et courant de pensées spirituels, mais cela me rappelle les guerres entre les différentes formes de médecine. Je crois que chaque chose a sa raison d’être. Quand une discipline arrive à une limite, une autre intervient pour démarrer là où l’autre s’arrête. On vit dans une époque formidable : tout le bien être d’un individu peut être couvert par des disciplines complémentaires. Et si plutôt que dire qui a raison ou tort et détient la vérité, et plutôt que de chercher qui est l’illuminé, le charlatan, le complotiste ou l’esclavagiste on essayait de simplement penser à la base : le bien-être et apporter à l’autre ce dont il a besoin. Voilà ça, c’est dit :). Pour moi on tombe dans la guerre de division et ça c’est scission (guerre civile de croyances du XXI eme siècle ?).

Tout ce que je sais c’est que je ne sais rien, et ce que j’énonce reste discutable, je le conçois. Tout bouge, tout est construit sur des cycles, des naissances et des destructions pour de la renaissance (saisons, vie et mort, mythes de la création du monde et de sa fin).

Et parfois l’angélique figure n’est peut-être pas la plus tolérante ou adepte des respects. Mais comme dit le proverbe bien connu : « l’habit ne fait pas le moine », alors gratte en profondeur et observe bien le couple actes/paroles. Cela s’applique également aux croyances et/ou figures qui te semblent [remplace ces crochets par un ou des mot(s) qui qualifie(nt) ta perception d’un concept].

 

 

IT’S A TRAP

Ici je juge. Bouuuh vilain ! Qu’il en soit ainsi. Je ne suis pas tout lisse, et c’est ainsi !
Je suis désolé mais je suis obligé d’en parler : l’égo spirituel et l’arrogance spirituelle. Oui carrément. Ce n’est pas parce que tu as vécu une expérience spirituelle, que ça fait de toi quelqu’un d’extraordinaire, d’exceptionnel…et au-dessus du monde. Ce genre d’attitude m’attriste, et pour la personne qui peut le penser, sincèrement c’est dommage, vraiment. Après ça fait partie peut-être des apprentissages pour soi et de l’autre.

 

Un comportement discutable

Voici le genre de phrases typiques que j’ai entendu et c’est bien réel :  « je suis une personne hors du commun / exceptionnelle / particulière parce que j’ai vécu ceci, parce que j’ai fait cela ». Et ça, sans parler du peut-être snobisme involontaire appliqué, et des comportements qui découlent de ces propos. Et c’est pareil, j’ai jugé que c’était du snobisme, mais sincèrement je n’ai pas réussi à définir autrement ce genre de comportements. Comme partout, il y a de tout tu me diras…Et puis ici, peut-être ce style de phrases est le symptôme d’une blessure à guérir…voilà pourquoi malgré jugement…il y a discussions.
Ce qui est triste, c’est que quand la quête spirituelle peut intégrer sagesse et amour de l’autre…l’attitude décrite juste avant peut remettre en cause tout le bien fondé de cette quête.

 

Richesse des histoires

Tout le monde n’a pas eu sur son chemin de vie des expériences spirituelles, et encore faut-il définir ce que c’est. Chacun vit son chemin, important pour lui ou elle pour commencer, mais aussi pour les autres par ce que cela a créé pour son environnement. Même si tu n’as pas eu une expérience « hors du commun », tu as tes richesses. Ce sont d’ailleurs parfois des personnes les plus simples et discrètes que sortent des perles énormes d’enseignements et de sagesses. De l’enfant à ton voisin, ton professeur des écoles, un inconnu rencontré une fois…et j’en passe.
Quand j’entends les expériences de vies des uns et des autres, et que je perçois le degré de souffrance lié à des épreuves que je n’ai pas vécues et que je ne vivrai peut-être jamais…. Alors observer quelqu’un se dire spirituel tout en rejetant les autres simplement parce qu’ils ne méditent pas ou que sais-je…Non, juste non. Et c’est pour cela que j’aime beaucoup écouter les histoires des personnes que je rencontre, c’est magique et incroyable dès l’instant où tu écoutes vraiment ce qu’ils disent et ont vécu. Mais c’est dense et la souffrance est palpable dans ce qu’elle a laissé en marquages.

 

Intention et nature profonde

Autre point : est-ce que la spiritualité se mesure au nombre de citations inspirantes diffusées ? Peut-être…et sont-elles vraiment appliquées ? Parce que sinon j’appelle ça des paillettes et un masque hypocrite, avec une intention qui est discutable.
C’est un peu aussi à mon sens un effet de mode. Avec du positif, parce que voir des messages de ce type, ça peut toucher quelqu’un qui en a besoin au bon moment. C’est également un témoin d’évolution des mentalités j’imagine.

Il en va de même pour le reste, ce n’est pas le nombre de livres, ou la taille de ta bibliothèque qui qualifie ta spiritualité, ou qui sont tes mentors. Qu’es-tu, toi, au fond ? Qui es-tu ? Chacun a sa vérité, nous exprimons chacun nos façons de percevoir ce qui est de l’ordre divin, ou de la spiritualité. C’est un cheminement personnel, je reviens encore là-dessus.

 

Concepts d’équilibre au quotidien

Mon histoire inclue art, technologie, ésotérisme, développement personnel et tout ceci a impacté ma spiritualité.
Je crois qu’il y a une notion d’équilibre à respecter. Dans ce même esprit, pourquoi distinguer et séparer sa part d’ombre et sa lumière ? Je ne parle pas de bien et de mal…c’est plutôt réducteur et subjectif en étant lié aux croyances de chacun…ainsi qu’un jugement personnel basé sur son référentiel de vie. Toutes les personnes dont je m’entoure, avec qui j’échange et dont je lis les œuvres, peuvent autant parler d’amour si on fouille un peu, un amour sincère de l’humain que de la souffrance. Ce n’est pas aseptisé…Elles sont équilibrées, ce ne sont pas des illuminés ou au contraire des sceptiques purs et durs. Ouverture d’esprit représente genèse et fondement de l’équilibre.

 

Tout a une place et une raison d’être

En termes d’équilibre, je ne vais pas me faire d’amis ici. Je crois qu’égo et mental ont aussi leur place dans la nature humaine. J’entends souvent éradication de l’égo, suppression…arrêt du mental…waouh mais attendez, y a un ennemi à l’intérieur de vous…qui est vous…et qui fait partie de vous ? Bonne guerre hein ! Par contre qu’on aille un peu calmer son saboteur interne ou lui dire qu’il devrait de temps en temps se taire, pourquoi pas. En revanche, ce saboteur pourrait-il être un garde-fou pour conserver l’humilité…s’il est compris et n’est là en esclavagiste ? Et si égo et mental, ces deux concepts pas très aimés étaient nos instruments de survie et de communication (verbalisation) de notre guide intérieur ? Je n’ai pas encore défini leurs places, cela viendra avec le temps.

Le fameux équilibre ciel/terre est à mon sens capital : il représente un subtil mélange de rêverie avec la tête dans les étoiles mais avec les pieds sur terre. C’est aussi le message d’équilibre…

 

Terrain professionnel et évolution spirituelle

Alors là-dedans, un autre concept : ce n’est pas parce que ton métier n’est pas lié à l’ésotérisme  à l’énergétique et aux thérapies du bien-être que tu ne peux évoluer spirituellement ou que tu n’es pas spirituel.
Au contraire, et ici un article de Melliarine (The Witching Hour, blog terre de mystères, de très bons produits et écrits) sur le sujet : où elle parle de l’évolution spirituelle et personnelle par le travail. Je n’en dis pas plus.

En entendant quelques témoignages, même changer de métier peut avoir un impact et sens fort sur son évolution spirituelle. Maître mot pour découvrir ces sagesses : écoute de l’autre.

 

 

Quand l’addiction devient la diction d’une vie

Autre phénomène, la notion de fuite et d’addiction mais sur la notion du bien-être et d’indépendance dans son chemin spirituel. Il y a plusieurs aspects, mais je ne me focaliserai que sur la partie qui m’a poussé à réfléchir et écrire l’article.

 

Addiction et « échappatoire » ?

Sur la partie ésotérique et notamment l’addiction à la voyance, je vous laisse découvrir les écrits d’Angellyca Hoffmann. Je la recommande largement pour ce qu’elle représente et incarne en termes d’éthique et d’humanité.

Quant au sujet de fuite et d’addiction, au même titre que le tristement célèbre débat récent sur l’addiction des jeux vidéo, la spiritualité comme « échappatoire au quotidien » est discutable à la mesure des comportements adoptés.
Il y a déjà danger de dépendance dans cette quête en devenant dépendant des thérapeutes, et un jeu de pouvoir peut s’installer, et là, il est du devoir du thérapeute d’agir. Attention je n’ai pas dit « fuir la réalité » volontairement, qu’est-ce que la réalité ? C’est à chacun de la voir, sur un même évènement, chacun a sa propre perception du monde. Alors la réalité de chacun… sincèrement j’ai remis en question beaucoup de mes propres croyances concernant ce qu’est réalité.

 

Respect de l’autre et son choix de vie

Tout est choix de chacun, bien sûr. Mais cependant, si le monde ne te plaît pas et que tu te sers des croyances de ta spiritualité pour t’échapper complètement… Pourquoi pas, nous sommes ici incarnés sur Terre avec notre histoire de vie, ses leçons, et avec une raison à chaque choix conscient ou non. Je crois cependant que nous ne serions pas sur Terre si nous n’avions pas à vivre quelque chose.

Ta vie spirituelle peut aux yeux de certains t’absorber de ton quotidien ou t’isoler d’eux. Tu as tes raisons, et ce sont tes besoins, pas les leurs. Après tu sais je dis tout ça, mais il y a quand même quelque chose de capital : ta boussole interne. Celle qui t’anime, celle qui te permet de faire ce que tu aimes tout en la suivant…et pour faire les choix qui te correspondent, peu importe la pensée des autres. Et c’est cette boussole qui t’indiquera le bon équilibre.

Notion d’équilibre entre les extrêmes : ombre et lumière, matérialisme et spiritualité, réflexion et action…

 

 

Derniers mots

Chacun est libre de vivre selon sa vision du monde, ce que j’écris ici est ma vision du monde et de ma spiritualité, cela reste à la fois critiquable et sujets à questions et discussions. Je privilégie aujourd’hui beaucoup les personnes respectant des équilibres de vie avec leurs perles de sagesses. L’autre a ses défauts et m’apprend à évoluer, je questionne mes philosophies, pensées et spiritualité aussi grâce à lui et c’est ma propre boussole interne d’éthique et de conduite dont je fais part aujourd’hui.

Commentaire des étincelles


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Contacte-moi